Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les illuminés (première partie)

Publié le par Snow

 Heureuses de publier ce billet pour la communauté de

partages chez Adamante, la SCALP

Toujours chez Adamante, une vidéo qui mets en scène

des personnages qui pourraient être ceux présentés ici.

Le lien de son article ICI, c'est fascinant!

 

  Anne Le Sonneur a fait un sensible billet sur d'autres photos

que celles présentées iciPour voir et lire, ce sera   ICI

 

 

 

 

La foule illuminée, Raymond Mason, 1985

 

 

Fleurs 8491- Explications-A

 

 

 

 

Il était question de foule, de spectacle, de lumière.

 

Le sculpteur évoquait un incendie, la violence.

 

Les mots étaient forts, très forts, ils déchiraient l'espace : « illumination, espoir, intérêt, hilarité, irritation, peur maladie, violence, meurtre et mort »...

Degrés de l'émotion ?... sans doute.

 

C'étaient les barreaux d'une grille-portée où il avait écrit sa propre symphonie en polyester stratifié,

 

Les personnages étaient représentés grandeur nature... Moi, je suis passée, et, comme hypnotisée, je les ai regardés.

 

Devant, celui qui montre du doigt, qui explique, qui dit ce que les autres ne voient pas. C'est le chef ? Le guide ? Celui qui sait ou qui peut-être fait seulement semblant de savoir.

 

 

 

 

Fleurs 8492

 

 

 

 

À côté de lui un aveugle, un peu sourd. Il a besoin de toucher pour savoir si les mots sont vérité ou mensonge. Une femme et son fils. Elle ne veut pas qu'il regarde, elle le protège. Lui, il se tend vers sa mère, il voudrait qu'elle le regarde, lui... mais elle ne le voit déjà plus. Elle ne fait que le sentir contre elle, comme lorsqu'il n'était pas encore là, qu'il n'avait pas poussé son premier cri.

 

Plus loin, les gens se pressent, un par un, deux par deux, couples improbables, sourires plus ou moins contraints.

 

Une petite fille, mains dans le dos, bien sage. Ellle ne voit que ce que les grands ne lui cachent pas... Des lueurs, des ombres... elle écoute,

cherchant à deviner le reste.

 

La petite a crié. Oui, celle qui est sur les épaules d'un homme à lunettes. Il a du mal à voir, alors, il lui a demandé de décrire ce qu'elle voyait.

 

Comment décrire l'indescriptible ? Elle ne savait pas, alors, elle invente de nouveaux sons, de nouvelles rimes pour un poème à trois temps... Regarder, dire, et peut-être essayer de comprendre.

 

Et puis, à droite, à demi-caché, celui qui resquille tout le temps, qui veut toujours être à la même place, tout près du pouvoir, sans jamais l'obtenir pour lui seul.

 

Ça lui est bien égal de devoir ramper pour l'atteindre, de devoir s'avilir.

 

Il ricane, mais il ne sait pas que cette place-là, je ne la voudrais pour rien au monde.

 

Je ne voudrais pas non plus être cette autre qu'on étreint, qu'on embrasse malgré elle, un peu plus loin, dans la foule. Lui semble apprécier, pas elle. Elle résiste. Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait ces moments où le désir, le plaisir, n'existe qu'à demi ?

 

 


 

Fleurs 8498- Groupe-A

 

 

Un merci spécial à ma collaboratrice Quichottine

pour cette histoire pas évidente à imaginer avec

toutes ces photos...

 

Merci de votre lecture attentive, la suite, demain...